Kurt Schaechter est décédé en ce mois d’août 2007

août 2007

Monsieur Kurt Schaechter est décédé en ce mois d’août 2007.

Cet obscure juif autrichien, qui avait combattu pour la Liberté dans la Légion étrangère, avait survécu grâce à un Juste inconnu.

Au-delà des condoléances adressées à son épouse et à ses proches, nous devons tous lui rendre hommage .

Sans sa ténacité et son courage, la SNCF serait restée l’héroïne sans tache d’un grand mythe.

Pour ceux qui l’ignoreraient encore, c’est lui qui a trouvé, aux archives de la Haute-Garonne, il y a près de vingt ans, à l’époque où toutes les recherches étaient interdites ou impossibles, avec l’aide d’un généalogiste amateur, la fameuse facture qui prouve que la SNCF facturait les transferts vers les camps, qu’elle effectuait en vertu d’une « convention de l’espèce » toujours secrète et qu’elle n’avait pas hésité à réclamer les paiements à la République

En photocopiant des documents d’archives (et non en les volant comme cela été mensongèrement prétendu par des historiens qui n’avaient pas voulu s’intéresser à la question, Monsieur Kurt Schaechter ayant seulement récupéré la carte d’identité de sa mère, assassinée à Birkenau) il a obligé la SNCF à commander le fameux rapport Bachelier

Il fut vilipendé par ceux qui n’avaient pas accompli leur métier de chercheur, et pourtant il fut la lueur qui permit petit à petit de voir clair dans cette affaire.

Il perdit son procès devant la Cour civile d’appel, peut-être parce qu’à l’époque on ne pouvait pas prouver que la SNCF avait délibérément réécrit l’histoire, parce que quelques juges se convainquirent que tout était connu depuis toujours et que la prescription était acquise

Et pourtant c’est avec lui que la lumière a commencé

Inlassablement, Kurt Schaechter s’est bagarré contre la SNCF en cherchant non seulement la vérité mais en ravivant la mémoire du camp de Noé, camp qui après la Libération fut reconverti pour d’autres prisonniers, dont le sort fut toutefois plus clément.

Toutes les requérants « LIPIETZ » ont aujourd’hui perdu celui grâce à qui Justice et Histoire peuvent enfin se retrouver.

Acaccia | Haut de page | réalisé par Maïeul Rouquette avec Spip | Hébergé chez L'Autre.net | Mention légales | Directeur de publication : Rémi Rouquette